Christine Mariette, directrice de Crèche

Christine Mariette, directrice de la crèche départementale du Bourget, commente l’arrivée de cinéastes dans sa crèche ...

Réalisation : Philippe Troyon - Entretien : Julien Pornet - Montage : Irène Oger et Lila Fourchard

Entretien Christine Mariette


# référence : Observatoire Documentaire Crèche De Lattre - Le Bourget

"Vous êtes notre rayon de soleil" dit la directrice de la Crèche Delattre au Bourget.

Il faut se lever très tôt pour travailler à la crèche.

L’équipe de l’éducation à l’image entame son cinquième documentaire dans une crèche départementale de la Seine- Saint - Denis. Cette crèche est la crèche De Lattre de Tassigny au Bourget. Nous en sommes à la partie "pratique documentaire" où le personnel de la crèche va filmer elle-même son travail. Une thématique à été choisie : l’espace comme élément constitutif à l’organisation du travail. Cela fait maintenant une année que nous travaillons autour de ce thème cher à cette crèche qui est en effet une toute petite crèche d’après-guerre située sur l’axe principal N2 de la ville du Bourget.

L’impression est toujours la même lorsque nous arrivons dans une crèche. Nous sommes dans un autre temps, dans un autre espace. Le monde du travail. Mais aussi l’humanité.

L’Observatoire Documentaire de la crèche du Bourget continue et entre dans sa phase "pratique". Nous commençons le tournage. Un plan de travail a été établi et chaque professionnelle va être amenée à tourner un plan, à la caméra, au son, au poste de réalisatrice et au poste de scripte ...

C’est dans cette période un peu étrange que nous avons décidé de filmer un entretien avec Christine Mariette.

@ Imaginem - Périphérie - Philippe Troyon - Julien Pornet - Lila Fourchard - Irène Oger - 2015


EXEMPLE DE QUELQUES NOTES DE TRAVAIL CONSIGNEES SUR IPAD « IN VIVO" :

La semaine de tournage va être épuisante, car nous sommes obligés de désorganiser le travail. C’est le début de l’année où commencent les adaptations. L’équipe de professionnelles a écrit un scénario documentaire depuis plusieurs semaines après de nombreuses réunions d’écriture. Le thème retenu est celui de l’espace et l’intelligence collective qu’il faut employer pour créer une circulation adaptée à un lieu extrêmement exigu. Cette crèche était à l’origine un local médico-social pas du tout conçu comme une crèche. L’enfant doit être au centre de cet espace.

RAPPEL DES ITEMS :

L’autonomie et l’espace.

"Ranger les meubles a servi à redéfinir aussi notre travail". Les jeux par exemple étaient un peu en surnombre et placés très en hauteur. Re-clarifier le poste de chacune. Comment agencer cet espace de multi- âges. Créer des espace libres. Recentrer notre travail sur l’enfant et s’appuyer sur les fondamentaux : chaque enfant à sa place.

Chaque professionnelle s’occupe d’un enfant pendant trois avec le respect de cette triangulaire : enfant - parents- professionnelles. La place de l’enfant et la place aussi de la professionnelle. Trois référentes et une personne relais. Une anticipation qui est essentielle. Les personnes relais s’occupent des grands. Julie est très attentive qu’aucune auxiliaire soit "sur le carreau". Repères , fondamentaux, le jeu, l’autonomie. Connaissance de l’environnement de chaque enfant. Encore plus l’enfant. La stabilité passe par le jeu et le rituel. Les jeux sont toujours rangés à la même place pour avoir un vrai repère. Chaque enfant à sa "panière". Quand on est plus grand, on s’intéresse à l’espace. Il est important de recevoir leur parole. Il faut prendre du recul et prendre plaisir à travailler. Créatrices d’espaces. Inventer l’espace, la circulation.

L’espace c’est le cœur du bon fonctionnement. Il faut que ce soit fluide. Parfois il faut se demander pourquoi ça n’est pas fluide. Fluidité, espace, chantier. Remise en question. Ecrire ensemble ce qui s’était passe dans le passé. Avec des groupes de travail. Réunion d’écriture de projet. Beaucoup d’écriture qu’il a fallu synthétiser et reformuler. Deux journées pédagogiques pour faire un écrit final.

On voit les bénéfices du travail de réflexions. L’enfant se repère bien dans les différents espaces. Il y a quelque chose de plus installé, ça roule. On arrive à anticiper. Les repères sont installés. Les bases sont là : référence, période de connaissance avec la famille, prise en charge de la référence. L’enfant grandit et évolue dans ces espaces. Petit à petit, il a des repères stables et va pouvoir partager ses repas avec l’autre. On pense toujours à l’enfant qui est toujours un peu fragile. Cette mise en place fonctionne depuis deux ans maintenant.

On prend appui sur l’expérience d’avant. Le groupe de travail est organisé en deux équipes et nous faisons en sorte que celles-ci puissent avancer en même temps. Avec des spécificités pour chaque groupe. Trame de travail. C’est toujours en lien avec la directrice, la psychométricienne, l’infirmière.

Une inconnue : est-ce que notre idée sur l’espace ne peut pas marcher ? Il y a eu des moments de doute.

Il y a des choses à améliorer. Il manque un espace fondamental : une salle de psychomotricité. Pour que les enfants puissent se mouvoir. Le jardin fait office de ça pour le moment. Mais quand il pleut, ça n’est pas possible.

Le bureau de Madame Mariette : il est petit, minuscule. Pour recevoir les parents, ça n’est pas facile. Ça n’est pas un espace adapté.
Les transformations possibles. Il y a quatre pièces. Il y a une pièce pour le sommeil.

Redéfinir les espaces au sein de la structure.
8 auxiliaires - 1 éducatrice - 1 directrice - 1 psychomotricienne. Une pensée. L’enfant est le centre. Le vivre ensemble. Mettre en mots. L’adaptation. La réponse individuelle. L’espace compte beaucoup à ce sujet. Un aménagement permanent. Les enfants dans le mouvement, dans la circulation.


Référence Blog # Périphérie 2013

> voir le document

PDF - 61.1 ko