Qu’est-ce qu’un observatoire documentaire ?

Observatoires Documentaires

en partenariat avec Périphérie

à propos de films à faire
// Philippe Troyon & Julien Pornet


FICHE TECHNIQUE

PDF - 208 ko

Depuis 2009, Périphérie a mis en place, dans le cadre de l’éducation à l’image, les Observatoires Documentaires dans plusieurs lieux de travail : crèches, foyers de vie pour handicapés, unités de recherche en biologie cellulaire…

La singularité de ce dispositif est de sensibiliser le personnel, dans toute sa pluralité au cinéma documentaire de création afin qu’il puisse se l’approprier à sa façon. Il découvre des oeuvres rares, un langage riche de possibles. L’alchimie cinématographique.

En créant les conditions d’une rencontre entre le monde du travail et le cinéma documentaire, les Observatoires Documentaires envisagent le cinéma avant tout comme un acte de partage, un potlatch, mais aussi comme un lieu de réflexivité sur les pratiques professionnelles et les rapports humains.

Se décaler, s’extraire de son quotidien professionnel sur le lieu même où le travail est exercé, tel est l’enjeu de ce voyage immobile. Provoquer un dépaysement par le
cinéma en même temps qu’un retour sur le sens donné au travail. Sans démagogie.
Investir avec le cinéma des espaces de travail et donner à voir des lieux rarement
filmés.

Un Observatoire Documentaire se déploie sur deux années au minimum, ponctuées de rendez-vous qui sont autant d’étapes : voir, parler, prendre en main les outils (caméra et micro), écrire, tourner, monter et archiver.

Le premier temps de cette formation consiste en une approche théorique du documentaire : le cadre, la lumière, la mise en situation, le montage… Des extraits
de films susceptibles d’entrer en résonance avec les préoccupations de chacun sont projetés sur le lieu de travail, abordant diverses questions : comment filmer le réel, sa part invisible, comment filmer l’autre, être filmé soi-même, filmer la parole, les corps au travail… Cette sensibilisation est suivie de la projection d’un film documentaire en salle et de la rencontre avec le cinéaste .

Dans un second temps, vient le moment de l’écriture : réfléchir collectivement à un projet de film documentaire dans le but de le tourner en se posant des questions
de cinéma. Le film est ensuite monté et montré en salle, accompagné par les équipes devant un large public.

Si le film n’est pas une finalité, il reste une étape importante de concrétisation de cette démarche au long cours.

Selon les Observatoires, certains stagiaires s’emparent du cinéma avec l’idée de mettre en lumière leurs identités professionnelles mal (re)connues, d’autres y voient
un moyen de décaler le regard, la réflexion et il y a ceux qui ont une revendication plus politique : prendre la parole ou la donner à celles et ceux que l’on n’entend
jamais, « le peuple qui manque » … Autant d’approches possibles…


EQUIPE DES OBSERVATOIRES DOCUMENTAIRES

Philippe Troyon :
directeur-adjoint de Périphérie - membre fondateur d’Imaginem, cinéaste, responsable de l’éducation à l’image.
Julien Pornet :
chef monteur, co-responsable de l’éducation à l’image à Périphérie, concepteur pédagogique pour Imaginem.
Mélanie Dupas :
chef-monteuse, organisatrice des passerelles culturelles des O.D pour Imaginem
Antoine Disle :
producteur, co-fondateur d’Imaginem.

Lila Fourchard :
administratrice assistante de Périphérie
Antoine Vaton :
cinéaste-photographe, responsable des actions éducatives scolaires à Périphérie
Corentin Loterie :
Responsable technique de l’éducation à l’image de Périphérie et de la mise en ligne sur Imaginem.